Prévenir les intoxications au monoxyde de carbone

Les bons réflexes pour prévenir les intoxications au monoxyde de carbone.

Obtenir mon prix

L'intoxication au monoxyde de carbone peut engendrer des conséquences graves sur la santé. Et augmente également les risques d'incendie, notamment si vous possédez une installation de chauffage au gaz ou un foyer ouvert au bois ou au charbon.

Les dangers du monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est un gaz inodore et incolore. Il résulte de la combustion incomplète du bois, du charbon, de l'essence, du fuel, du gaz naturel, du pétrole, du butane on encore du propane. Il est souvent émis par des installations de chauffage défectueuses ou si le logement n'est pas suffisamment aéré ou encore dans le cas d'une mauvaise utilisation des appareils.

Une concentration faible de monoxyde de carbone (CO) suffit à causer des troubles graves pour la santé. Le taux normal de CO dans l'air s'élève à 0,2 ppm (part par millions) par m3. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de ne pas dépasser une exposition de 90 ppm par m3 pendant 15 minutes et 50 ppm pendant 30 minutes. On considère que les premiers symptômes (maux de tête, vertiges, nausées) interviennent à 200 ppm.

Dans quelles circonstances surviennent les intoxications ?

Les intoxications au monoxyde de carbone peuvent survenir dans de nombreuses circonstances :

  • chaudière qui utilise les combustibles bois, charbon, gaz ou fioul ;
  • chauffe-eau ;
  • inserts de cheminée et de poêle ;
  • chauffage mobile d'appoint du type chauffage au butane ou au gaz ;
  • cuisinière à bois, à charbon ou à gaz ;
  • moteur de véhicule qui fonctionne à l'essence ou au diesel : moto, voiture, camion, tracteur... ;
  • groupe électrogène ;
  • brasero et barbecue au gaz ou au bois.

Les équipements qui fonctionnent à l'électricité ne présentent pas ce type de danger.

appareils qui produisent du monoxyde de carbone

matériel à utiliser en extérieur pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone

Le risque dans les lieux collectifs

Dans les lieux collectifs, le risque est surtout présent dans les bâtiments professionnels comme les garages ou les industries. Les intoxications au monoxyde de carbone surviennent parfois dans des écoles, centres commerciaux, hôtels ou espaces qui accueillent du public lorsque le chauffage et/ou le système de ventilation est défectueux. En France la valeur limite à ne pas dépasser selon le Ministère du travail de l'emploi et de l'insertion s'élève à une valeur moyenne d'exposition de 50 ppm ou 55 mg / m3.

Comment éviter les intoxications au monoxyde de carbone chez soi ?

Pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone chez vous, quelques réflexes sont indispensables, notamment avant les grands froids et pendant l'hiver.

Les vérifications à effectuer avant les grands froids

Avant l'hiver, demandez à un professionnel de venir faire le tour de vos appareils de chauffage et de votre système d'évacuation des fumées et de renouvellement d'air. La vérification de l'appareil en tant que tel et des conduits est fondamentale. Faites changer les éléments défectueux et demandez une attestation d'entretien à votre plombier-chauffagiste. Si vous avez une cheminée, un ramonage annuel doit être effectué : il est obligatoire sous peine d'une contravention qui peut aller jusqu'à 450 euros.

En cas d'incendie, l'attestation d'entretien ou de ramonage est généralement demandée par votre assurance habitation pour une indemnisation complète de votre sinistre.

En hiver, aérez au moins 10 minutes par jour et ne bouchez pas les aérations et entrées d'air pour assurer un renouvellement optimal de l'oxygène. Lisez bien le mode d'emploi de vos appareils, notamment s'il s'agit de chauffage d'appoint. Certains équipements ne doivent pas être utilisés plus d'une à deux heures en continu pour éviter l'inhalation des émissions du gaz issu de la combustion. Enfin, n'allumez jamais votre cuisinière ou four pour vous chauffer.

La bonne utilisation des brasero, barbecue et groupe électrogène

Brasero, barbecue et groupe électrogène ne doivent être mis en marche qu'en extérieur. Ne les faites pas fonctionner dans votre logement, votre véranda ou votre garage mais seulement dans un espace ouvert.

les dangers du monoxyde de carbone

Si votre installation de chauffage vous semble à risque

Votre installation est vieillissante ou vous semble à risque ? Faites intervenir un plombier-chauffagiste qui vérifiera le bon fonctionnement de votre équipement. Il mesure notamment le taux de monoxyde de carbone émis par votre chauffage ou cuisinière et vous indique s'il est normal ou trop important.

Si vous vendez votre maison ou votre appartement le diagnostic gaz, aussi appelé état de l'installation intérieure de gaz est obligatoire si l'ensemble a plus de 15 ans. Le document est présenté à l'acheteur dès la signature du compromis de vente et doit être annexé au contrat de bail.

Comment être alerté en cas de dépassement des seuils dangereux pour la santé ?

Le monoxyde de carbone étant inodore, il est conseillé de s'équiper d'un détecteur de CO que vous pouvez fixer dans un lieu donné ou portable pour pouvoir le changer de pièce. Lorsque le seuil de concentration est franchi, l'appareil sonne et/ou émet une lumière forte. Choisissez-le aux normes NF EN 50291 pour une fiabilité suffisante. Il en existe à partir de 30 euros environ.

Quels sont les symptômes d'une intoxication ?

Les premiers symptômes d'une intoxication au monoxyde de carbone sont les maux de tête, la fatigue, les vertiges et les nausées. Si les personnes intoxiquées ne sortent pas à l'air libre ou que le logement n'est pas ventilé, les risques de coma et de décès sont élevés. Il est donc important de réagir vite, notamment si les victimes sont des bébés, des femmes enceintes, des personnes âgées, fragiles ou qui souffrent d'anémie, de problèmes respiratoires et/ou cardiaques.

En cas d'intoxication grave la personne peut être placée dans le coma ou avoir besoin d'une hospitalisation prolongée avec administration d'oxygène ou traitement en chambre hyperbare. Des séquelles à durée variable peuvent aussi être observées : migraines, troubles de la coordination et de l'humeur ou problèmes de mémoire.

symptômes d'une intoxication au monoxyde de carbone

Que faire en cas d'intoxication présumée ou d'alerte ?

Premier réflexe en cas de suspicion d'intoxication au monoxyde de carbone ? Ouvrez les portes et les fenêtres et faites sortir les occupants. Arrêtez immédiatement tous les appareils qui servent au chauffage et à la cuisson. Même en cas de symptômes légers, n'hésitez pas à appeler les secours : médecin, pompier ou le Samu. Même s'il fait froid ne rentrez pas à l'intérieur sans qu'un professionnel ne vous ait indiqué que les lieux étaient sûrs. Et ne rallumez pas le ou les appareils suspects.

que faire en cas d'intoxication au monoxyde de carbone

Contacts utiles

En cas de suspicion d'intoxication au monoxyde de carbone, contactez :

Par la suite faites intervenir un plombier-chauffagiste pour qu'il diagnostique votre installation et vous indique si des réparations doivent être faites.

Cet article a été confectionné avec beaucoup de soin et d’attention par nos experts afin de vous offrir un éclairage sur le monde de l’assurance. Néanmoins, celui-ci n’a pas vocation à se soustraire aux conseils de professionnels juridiques et immobiliers.