Comment acheter sa résidence secondaire ?

Vous cherchez votre futur petit coin de paradis ? Nos conseils pour éviter les embûches.

L'assurance résidence secondaire par Luko

Depuis la crise sanitaire, beaucoup de Français ont décidé de changer de vie en déménageant pour une autre région ou en réalisant l’achat d’une résidence secondaire à la campagne, à la mer ou à la montagne. Mais ce type d’achat se prépare autant que pour celui d’une résidence principale. On vous explique tout.

Comment choisir sa résidence secondaire ?

Pour choisir votre résidence secondaire, deux possibilités s’offrent généralement à vous :

  • Une résidence secondaire dite classique (une maison ou appartement à la mer, montagne, campagne)
  • Une résidence de tourisme (prévue pour les vacances)

L’emplacement de votre résidence secondaire a évidemment une grande importance. En effet, de la région que vous choisissez dépendra en partie votre budget d’emprunt. Le lieu de résidence a également une incidence sur les conditions de revente du bien.

Vous pouvez ainsi privilégier :

  • Un logement dans l’ancien, qui nécessitera un compromis de vente et dont l’opération peut prendre quelques mois ;
  • Un logement neuf acheté sur plan (Vente en l’état futur d’achèvement), mais le temps de construction sera alors de plusieurs mois. Vous pouvez aussi choisir de faire construire votre logement secondaire et pour une réalisation sur-mesure ;
  • Enfin, vous avez la possibilité de vous tourner vers une résidence de tourisme proposant de multiples services, en louant le bien à la semaine, à la journée ou au mois.

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une résidence secondaire ?

Les avantages

L’achat d’une résidence secondaire présente plusieurs avantages comme :

  • La possibilité de s’offrir des vacances chez soi. En achetant une résidence secondaire, plus besoin de réserver un camping, un hôtel ou encore une résidence. Vos frais d’hébergement sont ainsi beaucoup moins onéreux et vos dates de départ et d’arrivée sont ainsi plus flexibles.
  • L’occasion de se construire un patrimoine. En achetant une résidence secondaire, vous consolidez votre patrimoine immobilier au fil des années et du remboursement de votre emprunt immobilier. Dans certains cas, vous pourrez également profiter d’une déduction fiscale. Ce patrimoine peut être légué ensuite à vos proches ou revendu en faisant une plus-value.
  • La possibilité de générer des revenus complémentaires. En choisissant de louer votre résidence secondaire à l’année ou certaines saisons, vous avez la capacité de payer les charges de votre logement (eau, électricité, taxes…) et peut être même d’obtenir de dégager un bénéfice plus important, en effectuant des travaux de rénovation au préalable par exemple.

Les inconvénients

Si l’achat d’une résidence secondaire présente de nombreux avantages, il peut aussi comporter son lot d’inconvénients, notamment si votre achat n’est pas assez préparé en amont. Les potentiels points négatifs sont les suivants :

  • Des charges supplémentaires. Le budget global d’achat d’une résidence secondaire n’est pas si éloigné de celui de votre résidence principale. En effet, les frais et charges sont à peu près les mêmes (crédit, frais de fonctionnement, entretien, assurance, taxes et impôts, etc), à ceci près que vous y restez moins longtemps. De plus, il est important de prendre en compte les éventuels frais de transport pour vous y rendre, et les autres séjours ou vacances que vous souhaitez vous offrir ;
  • Une usure à long terme. Le choix d’acquérir une résidence secondaire ne doit pas se faire au hasard. Nombreux sont ceux qui après plusieurs années se lassent de leur lieu de villégiature et ont l’envie d’aller ailleurs. Le logement non entretenu perd alors de sa valeur et une éventuelle revente est compromise ou non rentable ;
  • Une flexibilité moindre pour les résidences de tourisme. Si vous préférez vous tourner vers une résidence de tourisme en tant que bien secondaire, sachez que vous ne pourrez généralement pas vous y rendre toute l’année, que le bien sera équipé de manière standard, car il sera loué le reste de l’année à des particuliers par l’exploitant de la résidence. Enfin, une résidence de tourisme ne vous offrira pas de privilèges particuliers par rapport aux autres vacanciers.

Comment financer votre achat ?

Pour financer l’achat de votre résidence secondaire, vous devez en général effectuer une demande de prêt immobilier au même titre que pour l’achat d’une résidence principale. Les taux de crédit immobilier ainsi que les conditions de remboursement sont d’ailleurs semblables en général. En revanche, si vous avez déjà un emprunt immobilier, votre capacité d’endettement diminue.

Enfin, vous pouvez dans certains cas vous tourner vers un prêt hypothécaire, lorsque vous disposez d’une résidence principale en France et que vous souhaitez acheter à l’étranger, ou lorsque vous êtes sénior et que vous devez mettre votre bien en hypothèque afin de garantir l’achat du nouveau.

Quel budget prévoir ?

Si ces dernières années les prix des résidences secondaires avaient tendance à baisser, la crise du coronavirus pourrait bien changer la donne avec une demande très forte pour ces types de biens. Pour définir votre budget, il est important de prendre en compte la zone où est située votre logement.

En effet, les villes ou régions les plus prisées (mais aussi les plus ensoleillées) pratiquent des prix parfois très élevés par rapport à des zones plus rurales. Pour une résidence secondaire, on considère que le budget moyen est compris entre 150 000 et 250 000 euros, soit une somme proche de celle prévue généralement pour l’achat d’une résidence principale.

Les autres éléments à prendre en compte pour évaluer votre budget sont les suivants :

  • Les éventuels travaux. Notamment pour les biens anciens, il est essentiel de bien connaître l’ampleur des travaux à réaliser dans l’habitation avant de se lancer. Pour les non-bricoleurs, le coût des travaux peut très vite grimper surtout si la surface est importante ;
  • Les frais liés à l’entretien du logement. Après l’achat, votre résidence secondaire nécessite tout de même un entretien régulier pour l’intérieur et les extérieurs. Si le bien et ses espaces ont une superficie importante, et s’il dispose d’une piscine par exemple, les frais peuvent croître rapidement.

Dernier conseil pour prévoir votre budget, comparez les prix de plusieurs biens immobiliers directement en ligne ou auprès d’un professionnel de l’immobilier. Vous pouvez également vous rapprocher d’un courtier ou de votre banquier pour connaître le coût total du crédit immobilier lorsque vous avez trouvé la résidence secondaire de vos rêves.

Comment diminuer les coûts liés à une résidence secondaire ?

Profiter de la TVA réduite sur les travaux de rénovation

Contrairement à l’achat d’une résidence principale où il est possible de bénéficier de plusieurs prêts aidés comme le prêt à taux zéro (PTZ), acquérir une résidence secondaire ne vous permet pas d’obtenir ces aides. Toutefois, il est tout de même possible de réduire certains frais, notamment pour les travaux à effectuer dans le logement.

Premièrement, la TVA appliquée sur les travaux peut être réduite. Si elle est généralement de 20 %, elle peut passer au taux de 10 %, 5,5 % voire 2,1 % si vous remplissez les conditions suivantes :

  • La construction du logement concerné doit avoir été achevée depuis plus de deux ans lors du début des travaux et être exclusivement un lieu d’habitation ;
  • Les travaux à effectuer ne doivent pas être trop conséquents. La TVA ne sera pas réduite s’il faut réaliser la moitié du gros œuvre (murs porteurs, toiture, fondations, etc) ou les deux tiers du second œuvre (isolation, revêtements, etc) ;
  • Les travaux réalisés ne doivent pas modifier le volume de votre logement ou augmenter sa surface de plus de 10 %.

Bénéficier d’une aide de l’État pour les travaux de rénovation énergétique

Deuxièmement, vous pouvez bénéficier d’une aide de l’État concernant les travaux de rénovation énergétique. En effet, les primes énergie qui peuvent représenter une centaine d’euros vous aident à couvrir les frais d’isolation de votre toiture, d’installation d’un système de ventilation ou d’une pompe à chaleur, ou encore de la pose de fenêtres isolantes.

Mettre son bien en location saisonnière

Enfin, vous pouvez également générer des revenus locatifs en louant votre bien en tant que meublé de tourisme, notamment sous le statut de Loueur Meublé Non Professionnel (LMNP) tant que vos revenus ne dépassent pas 32 600€ par an. Et si vous êtes au régime réel d’imposition, vous pourrez également déduire de vos revenus locatifs certaines charges comme les intérêts de votre prêt immobilier, les primes d’assurance ou encore la taxe foncière  mais aussi la perte de valeur de votre bien via le mécanisme de l’amortissement.

Cet article a été confectionné avec beaucoup de soin et d’attention par nos experts afin de vous offrir un éclairage sur le monde de l’assurance. Néanmoins, celui-ci n’a pas vocation à se soustraire aux conseils de professionnels juridiques et immobiliers.