Que faire en cas de fissure de maison ?

Que faire en cas de fissure de maison ?

Obtenir mon prix

Il n’est pas rare de constater la présence de fissures sur sa maison, qu’elle soit neuve ou ancienne. Si toutes les fissures ne sont pas dangereuses, il est important de les surveiller et de savoir quoi faire si la situation s’aggrave. Voici un guide complet sur les fissures de maison : les différents types, les signes alarmants ainsi que les démarches pour faire réparer une fissure et être indemnisé par son assurance habitation.

Maison fissurée : de quoi parle t-on ?

Une fissure est une fêlure ou une craquelure qui apparait sur le mur, le plafond ou le sol d’un bâtiment, à l’intérieur comme à l’extérieur. Les fissures sont presque inévitables : au fil du temps, les sols et bâtiments bougent, entrainant ainsi un mouvement des fondations de la maison.

Si elles sont la plupart du temps inoffensives, les fissures peuvent cependant parfois être dangereuses, et doivent impérativement être réparées.

Même si elle est superficielle, il est impératif de garder un œil dessus, quelle que soit sa taille : si une petite fissure s’aggrave et s’élargit, elle peut non seulement causer une infiltration d’eau importante, mais également mettre en péril les fondations de la maison.

Les causes potentielles

Qu’elles soient légères ou profondes, en intérieur ou en extérieur ou encore horizontales ou verticales, les fissures de maison peuvent avoir plusieurs origines :

  • Une infiltration d’eau de pluie, accentuée par des périodes de gel qui font augmenter le volume d’eau contenu dans la fissure et l’aggravent ;
  • Un choc, dû à une tempête, une catastrophe naturelle ou un accident ;
  • Une période de grande sécheresse ;
  • Un mouvement des sols, un glissement ou un effondrement du terrain ;
  • Un défaut de construction, une malfaçon ou une mauvaise réalisation des fondations ou de la maçonnerie.

Dans le cas d’un défaut de construction, un expert peut vous aider à identifier la cause exacte des fissures et vous accompagner dans vos démarches pour les réparer.

Attention aux sols argileux ! Au contact de l’eau, l’argile gonfle, puis se rétracte en cas de fortes chaleurs, ce qui peut entrainer des mouvements de sols importants et des fissures profondes. Étudiez donc bien le type de sol d’un terrain avant de faire construire votre maison !

Les différents types de fissures

Il existe plusieurs types de fissures, de la plus superficielle à la plus grave. Pour classer ces différents types de fissures, il convient de mesurer l’amplitude entre les deux lèvres de la fissure : c’est-à-dire l’écart entre les deux bords.

Selon cette amplitude, on distingue trois grandes catégories de fissures :

  1. Les microfissures
  2. Les fissures fines
  3. Les fissures profondes

Les micro-fissures

Les microfissures ont une amplitude inférieure à 0,2 mm, et sont, pour la majorité, superficielles.

On les retrouve généralement le long des joints de maçonnerie lorsque l’enduit utilisé est de mauvaise qualité ou a été mal dosé : les microfissures forment un réseau — qu’on appelle également faïençage — sur la couche supérieure de l’enduit. Très fines, ces fissures ne présentent aucun danger pour les fondations.

En revanche, il arrive que des microfissures, horizontales ou verticales, soient le résultat d’un mouvement des matériaux du mur. Dans ce cas, elles peuvent en réalité cacher une infiltration d’eau sous l’enduit qui peut gravement abîmer le mur. Il convient donc de faire examiner ces fissures par un expert qui contrôlera l’étanchéité du mur concerné.

Les fissures fines ou légères

Généralement causées par un choc ou un mouvement des fondations, les fissures fines ont une amplitude comprise entre 0,2 mm et 2 mm. Tout comme les microfissures, elles peuvent affecter l’enduit de surface, mais également les matériaux de maçonnerie : pierres, briques, parpaings…

Les fissures fines peuvent prendre plusieurs formes :

  • Horizontales, au niveau du plancher ;
  • Verticales, généralement dans les angles ;
  • En escalier, lorsque la fissure suit le contour des briques par exemple ;
  • En moustaches, autour des fenêtres et des contours de portes.

Les fissures fines sont souvent inoffensives, du moment qu’elles ne s’étendent et ne se multiplient pas. Dans le cas contraire, il est impératif de les faire contrôler pour s’assurer qu’elles ne se transforment pas en lézardes.

Les lézardes et fissures profondes

Les fissures ayant une amplitude supérieure à 2 mm sont considérées comme des fissures profondes, et donc dangereuses. Lorsque cette amplitude dépasse les 2 cm de large, les fissures profondes sont appelées des lézardes et doivent être traitées le plus rapidement possible par un professionnel !

Ces fissures profondes sont souvent le signe d’un mouvement de terrain, comme un affaissement ou un tassement des sols, ou d’une fragilité extrême des fondations de la maison.

Généralement traversantes ou en escalier, ces fissures ou lézardes peuvent avoir de graves conséquences :

  • Infiltration d’eau et humidité ;
  • Effondrement du bâtiment.

Si vous remarquez de telles fissures dans votre maison, il est impératif d’agir rapidement et de faire appel à un professionnel !

Fissure inerte ou active ?

Toutes les fissures, quel que soit leur type, sont évolutives : cela signifie qu’une microfissure à priori sans gravité peut finir par s’élargir et devenir dangereuse. Il est donc plus que recommandé de contrôler régulièrement l’état des fissures de sa maison grâce à un petit témoin en plâtre posé en travers de la fissure, sur lequel on inscrit la date de pause.

Selon l’évolution, on distingue deux types de fissures :

  1. Les fissures inertes : elles ne bougent pas avec le temps et restent stables. Les plus petites peuvent être traitées avec un simple rebouchage à l’aide d’un mastic adapté.
  2. Les fissures actives : ce sont celles qui continuent de s’élargir ou de se multiplier. Dans ce cas, le recours à un professionnel peut être envisagé pour les traiter avant qu’elles ne deviennent des lézardes.

Les signes qui doivent vous alarmer

Nous l’avons vu, la majorité des microfissures et fissures légères ne sont que superficielles et ne sont donc pas dangereuses. Cependant, elles peuvent évoluer et s’élargir rapidement. Voici donc une petite liste des signes qui doivent vous alarmer et vous pousser à faire appel à un professionnel au plus vite :

  • Les fissures se propagent ou s’élargissent rapidement, et de nouvelles apparaissent régulièrement ;
  • Des craquements se font entendre dans votre maison ;
  • Vous remarquez des infiltrations d’eau ou des problèmes d’humidité ;
  • L’état de votre maison se détériore anormalement : votre carrelage bouge ou se fissure, les dalles de votre terrasse ne sont plus à niveau, le crépi se fissure et tombe, etc.

Si vous remarquez de tels signes, faites appel à un expert qui pourra analyser les fissures, faire une estimation des risques encourus et vous fournir un diagnostic de traitement approprié.

Que faire en cas de fissure sur une maison neuve ?

Votre maison vient d’être construite, ou vous avez acheté une maison neuve et les murs, le sol ou le plafond présentent déjà des fissures ? Lors de la réception du chantier ou de la vente, prenez garde à signaler toutes les fissures présentes à l’extérieur comme à l’intérieur, quelle que soit leur taille.

Il vous faut ensuite rédiger un courrier à envoyer en recommandé avec accusé de réception au constructeur : détaillez l’ensemble des fissures trouvées en indiquant leur position et leur taille, et joignez un maximum de photo.

Trois types de garanties peuvent vous couvrir en cas de fissures sur une maison neuve :

  1. La garantie de parfait achèvement, valable uniquement 1 an après la fin des travaux, qui couvre l’ensemble des malfaçons, peu importe leur nature.
  2. La garantie décennale, souscrite par le maître d’œuvre (le professionnel du bâtiment en charge du chantier), qui vous couvre en cas de dommages affectant la solidité du bâtiment, et ce pendant 10 ans après la réception du chantier ;
  3. La garantie dommages-ouvrage, obligatoires pour tous les propriétaires de biens faisant des travaux de construction. Également valable 10 ans après la réception des travaux, cette garantie permet d'être indemnisé plus rapidement par son assureur en cas de dommages couverts par la garantie décennale et ce, sans attendre une décision de justice. En clair, la garantie dommages-ouvrage indemnise le propriétaire, puis se retourne contre la garantie décennale du maître d’œuvre pour être remboursée.

Grâce à ces trois garanties, les travaux de réparation des fissures de votre maison neuve seront pris en charge, et vous n’aurez rien à débourser.

Attention, seules les fissures compromettant la solidité de votre maison seront prises en charge par la garantie décennale : les petites fissures purement esthétiques ne sont pas couvertes, et leur réparation sera à votre charge.

Que faire en cas de fissure sur une maison ancienne ?

Lorsque vous remarquez des fissures sur les murs, le plafond ou le sol de votre maison ancienne, il convient tout d’abord de les examiner en les mesurant régulièrement. S’il s’agit de microfissures ou de fissures légères qui ne s’étendent pas, vous pouvez demander plusieurs devis à des professionnels et ainsi envisager une réparation.

En revanche, si ces fissures sont plus larges et constituent un danger pour les fondations de la maison par exemple, il faut faire intervenir un expert dans les plus brefs délais !

Vous venez d’acheter une maison ancienne et remarquez après la vente des fissures importantes qui n’ont pas été mentionnées par l’ancien propriétaire ? Vous pouvez être indemnisé grâce à la garantie « Vices cachés » jusqu’à 2 ans après l’achat de votre maison.

Si votre maison a plus de 10 ans, la garantie décennale du constructeur ne s’appliquera pas : les frais de réparation seront donc à votre charge. Cependant, il existe un cas dans lequel les réparations des fissures de votre maison ancienne peuvent être prises en charge par votre assurance habitation : lors d’une catastrophe naturelle.

Le rôle de l'assurance

Après une catastrophe naturelle, comme une période de sécheresse, une inondation ou un glissement de terrain, des fissures — généralement en escalier — peuvent apparaitre sur votre maison.

Votre assurance habitation vous couvre grâce à la garantie catastrophe naturelle, mais il est impératif de réagir rapidement pour être indemnisé ! Voici la marche à suivre :

  1. Vérifiez que votre maison est bien située dans une zone ayant fait l’objet d’un décret déclarant l’état de catastrophe naturelle. Si besoin, renseignez-vous auprès de votre mairie.
  2. Rédigez une déclaration de sinistre à l’attention de votre assureur.
  3. Faites parvenir cette déclaration en courrier recommandé avec accusé de réception dans les 10 jours maximum suivant la publication au Journal officiel de l’arrêté de catastrophe naturelle.

Avec Luko, pas besoin de lettre recommandée : déclarez votre sinistre en vidéo directement depuis votre smartphone ! Rapide, pratique et sécurisé.

Après votre déclaration à l’assurance, votre indemnisation sera versée dans un délai maximum de 3 mois.

Attention cependant, une franchise légale de minimum 1520 € est appliquée par les assureurs en cas de dommages causés par un mouvement de terrain dû à la sécheresse ou la réhydratation des sols : cette somme restera à votre charge quoi qu’il arrive. Pour les autres types de catastrophes naturelles, la franchise légale est fixée à 380 €.

Faire une déclaration de fissure en mairie

Pour pouvoir être indemnisé par votre assurance en cas de fissures survenues après une catastrophe naturelle, comme une période de grande sécheresse par exemple, il est indispensable d’être situé dans une zone géographique ayant fait l’objet d’un arrêté ministériel déclarant un état de catastrophe naturelle.

Si ce n’est pas le cas, pas de panique : vous pouvez vous rendre dans votre mairie et faire une déclaration de fissures. Votre mairie pourra alors rassembler les déclarations de plusieurs habitants de la commune sinistrée et ainsi demander à la préfecture la reconnaissance du sinistre en tant que catastrophe naturelle.

Prenez votre mal en patience, car les délais sont longs ! Comptez au minimum 6 mois après votre déclaration pour obtenir une réponse de l’administration. Vous disposerez ensuite d’un délai de 10 jours après la reconnaissance du sinistre comme catastrophe naturelle pour en faire part à votre assureur et demander une indemnisation.

N’entamez pas de travaux de réparation avant d’être certain de la prise en charge de votre assurance habitation : votre assureur peut décider d’envoyer un expert constater les dommages et estimer le montant des réparations.

Modèle de lettre de déclaration

Voici un modèle de lettre à personnaliser à et envoyer à votre mairie pour demander une reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle après une période de sécheresse, et ainsi pouvoir être indemnisé par votre assurance habitation.

Modèle de lettre de déclaration

[NOM, Prénom]

[Adresse]

[Code postal et ville]

[N° de téléphone]

[Email]

Coordonnées de la mairie :

[Adresse]

[Code postal et ville]

Lettre recommandée avec accusé de réception
Objet : Demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle

Madame, Monsieur le / la Maire

Propriétaire du logement situé au [adresse de votre logement], situé dans votre commune, je vous informe par la présente être victime de dommages suite à la période sécheresse prolongée de ces dernières semaines [préciser les dates de la période].

En effet, je constate aujourd’hui l’apparition de nombreuses fissures sur les murs de ma maison, fissures imputables à cette période de sécheresse. Pour être indemnisé par mon assurance habitation, notre commune doit impérativement faire l’objet d’un décret la classant en état de catastrophe naturelle.

Je vous saurais donc gré de prendre en compte ma demande afin d’interpeller le Préfet et les administrations compétentes dans l’optique d’obtenir une reconnaissance de cet état de catastrophe naturelle.

Sans cette reconnaissance, je ne pourrai pas prétendre à une indemnisation de mon assurance habitation, et ne pourrai donc pas entamer les travaux de réparation de mon logement.

Vous trouverez en pièces jointes des photos et précisions concernant les fissures constatées. Dans l’attente de votre retour, je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.

Fait à [ville], le [date]

[Signature]

Une fois l'état de catastrophe naturelle déclaré, vous pouvez faire une déclaration de sinistre auprès de votre assureur !

Comment réparer une fissure ?

Pour réparer une fissure, que ce soit dans une maison neuve ou une maison ancienne, nous vous recommandons de faire appel à une entreprise spécialisée ou à un professionnel.

Certaines fissures, et notamment les fissures et lézardes encore actives, peuvent être dangereuses et mettent en péril la stabilité de votre maison : il est indispensable d’être certain que les travaux soient réalisés correctement.

Cependant, voici tout de même la marche à suivre pour traiter une fissure légère, superficielle ou inerte :

  1. Bien nettoyer la surface sur laquelle la fissure est présente à l’aide d’une brosse ;
  2. Écarter la fissure à l’aide d’un outil adapté de forme triangulaire ;
  3. Poncer et dépoussiérer à nouveau la fissure ;
  4. Humidifier la fissure à l’aide d’un petit pinceau ;
  5. Appliquer de l’enduit et laisser sécher ;
  6. Racler le produit en trop à l’aide d’un couteau américain ou d’une spatule ;
  7. Poncer à nouveau ;
  8. Appliquer une sous-couche ou une peinture diluée pour les finitions.

En cas de microfissures ou de faïençage, un tel traitement est inutile : si les fissures sont sans danger, une nouvelle couche de peinture ou de crépi suffira à les masquer.

Combien coûtent les réparations ?

Avant de réparer ou de faire réparer les fissures de votre maison, il est indispensable de demander une expertise à un bureau d’étude afin d’évaluer la gravité des fissures et donc de l’ampleur des travaux de réparation.

En moyenne, on estime le prix d’une expertise pour fissures entre 600 € et 1000 €, mais ce prix dépend bien évidemment de plusieurs critères :

  • La taille de la maison ;
  • Le nombre de fissures et leur taille ;
  • Le bureau d’expertise choisi.

Demandez plusieurs devis à différents bureaux d’étude afin de comparer les prix ! Nous vous conseillons également de faire réaliser les travaux de réparation par une entreprise différente du bureau d’étude choisi : vous éviterez ainsi les conflits d’intérêts et une expertise surévaluée pour vous pousser à payer plus cher.

Une fois votre expertise réalisée, les travaux de réparation des fissures de votre maison peuvent commencer. Le prix de ces travaux dépend également du type et du nombre de fissures à réparer, ainsi que des matériaux utilisés.

Voici un tableau indicatif des tarifs de réparation de fissures sur une maison :

Réparation des fissures Tarif moyen

Enduit de façade prêt à l’emploi pour les microfissures

Entre 3 € et 16 € / kg

Poudre à mélanger pour obtenir un enduit pour les microfissures

Entre 1 € et 11 € / kg

Réparations de fissures légères par un professionnel

Entre 15 € et 20 € / m2

Réparation de fissures profondes ou lézardes sur les fondations par un professionnel

Entre 3000 € et 30 000 €