Puces de parquet : comment s'en débarrasser ?

Comment éviter une infestation de puces de parquet ? Traitement et prévention, on vous dit tout !

Obtenir mon prix

Également appelées puces de plancher, les puces de parquets sont tout simplement les puces ramenées à la maison par nos chats et chiens. Si elles paraissent à première vue inoffensives, une infestation de puces peut rapidement devenir invivable. À quoi ressemblent-elles, sont-elles dangereuses, et comment les éliminer ? On vous explique comment déceler leur présence et vous en débarrasser !

Les signes de la présence de puces de parquet

Votre animal se gratte frénétiquement, vous avez des petits boutons qui vous démangent, etc. Il est probable que votre logement soit infesté de puces de parquet ! Pour être certain qu’il s’agit bien de puces, voici quelques signes à surveiller :

  • Le pelage de votre chat ou de votre chien est infesté de petits points noirs : ce sont les œufs de puces. S’il se gratte ou se mordille, pas de doute possible ! Inspectez plus particulièrement le cou, les oreilles et la base de la queue : ce sont des endroits propices au développement des puces.
  • Vous avez des petits boutons rouges sur vos chevilles ou vos pieds ;
  • Des petites taches de sang sont présentes dans vos draps. Prudence, c’est peut-être le signe d’une invasion de puces, mais également de punaises de lit.

En cas d’infestation avancée, il est également possible de voir des puces sauter dans vos tapis, entre vos lattes de parquet ou dans les coussins de vos animaux : ouvrez l’œil !

À quoi ressemblent-elles ?

Les puces de parquet sont minuscules, mais restent visibles à l’œil nu : leur taille varie entre 2 et 6 mm et n’excède jamais 1 cm pour les plus grosses. De forme ovale et aplatie, elles sont semblables à un petit grain de riz marron foncé à noir.

En les regardant de près, on peut distinguer 3 paires de pattes, deux antennes et un abdomen proéminent. Leur paire de pattes la plus grande leur sert à se propulser en l’air (les fameux sauts de puces, pouvant atteindre jusqu’à 1m20 !) pour grimper plus facilement sur leur hôte, c’est-à-dire l’animal sur lequel elles vont se nourrir et se reproduire.

Puce de parquet

Puce de parquet - Photo by CDC on Unsplash

À quoi ressemble un bouton de puce de parquet ?

La majorité du temps, les puces de parquet vivent sur nos animaux de compagnie, puisque c’est là qu’elles se nourrissent. Cependant, les puces peuvent également piquer les humains si le logement est infesté !

Les piqûres de puce engendrent des petits boutons rouges et durs au toucher, généralement localisés au niveau des pieds ou des chevilles puisque ces dernières vivent en majorité au sol. Il est également possible d’être piqué au niveau des aisselles ou du pli de l’aine puisque ce sont des endroits chauds et humides, très appréciés des puces.

Les boutons de puces entrainent également de fortes démangeaisons, qui peuvent mener à une infection en cas de grattage intensif, mais ne gonflent pas, sauf en cas d’allergie.

Boutons de puce de parquet

Boutons de puces de parquet - Photo by robz431, licensed under CC BY-SA 2.0

Comment arrivent-elles chez nous ?

Les puces de parquets arrivent chez nous par le biais de nos chats ou de nos chiens qui ont un accès à l’extérieur, mais également à cause de nous !

En effet, il est courant qu’un chat d’appartement ne sortant jamais ait des puces par exemple, tout simplement parce qu’elles s’accrochent à nos chaussures ou nos vêtements lorsque nous sommes dehors ou en présence d’autres animaux non traités.

Une fois chez nous, les puces peuvent pondre jusqu’à 200 œufs durant leur courte vie (6 mois en moyenne) et s’immiscer dans les plinthes, le parquet — d’où leur nom —, les canapés, les armoires, tapis, lits et autres textiles, entrainant une infestation rapide.

Sont-elles dangereuses pour la santé ?

En règle générale, les piqûres de puces ne sont pas dangereuses pour la santé de l’Homme. Même si elles restent très désagréables, appliquer de l’antiseptique suffit souvent à éviter une infection. En revanche, si après plusieurs jours vous ne constatez aucune amélioration, n’hésitez pas à consulter votre médecin ou votre pharmacien.

Attention, si vous êtes allergique aux piqûres de puces, il est indispensable de prendre des antihistaminiques.

Concernant les animaux, les puces peuvent être la cause d’allergies ou encore engendrer la présence de vers si l’animal avale une puce en se lavant. Plus grave encore, un chat piqué par une puce peut développer une infection bactérienne comme l’anémie féline qui s’attaque à ses globules rouges et cause une perte de l’appétit, une grande fatigue et de la fièvre. Il est donc impératif de traiter votre animal régulièrement contre les puces, même si ce dernier ne sort pas.

Il est rare qu’une puce transmette une maladie directement en piquant un humain, mais elle peut par exemple transmettre la teigne à un chat. Cette maladie étant particulièrement contagieuse, il est donc possible d’attraper la teigne à cause des puces de votre chat.

Comment s’en débarrasser ?

Se débarrasser des puces dans son logement n’est pas une mince affaire : leur cycle de vie est court, mais leur reproduction est très rapide. Vous pouvez donc vous retrouver infesté en quelques semaines à peine !

Pour éliminer un maximum de puces, voici les étapes à suivre :

  1. Traiter vos animaux pour empêcher les puces de se développer, et passer tout leur pelage au peigne fin. Écrasez les puces dans un papier absorbant, puis jetez-le dans les toilettes.
  2. Lavez tous vos textiles à 60° minimum ou passez-les à la vapeur : tapis, rideaux, coussins, draps, couettes, plaids… N’oubliez pas les coussins de vos animaux ! Pour les vêtements ou autres textiles ne supportant pas une température de lavage élevée, 48 h au congélateur devraient suffire à tuer les puces.
  3. Aspirez tout votre logement: n’oubliez pas les plinthes, les moquettes, fauteuils et canapés. Videz immédiatement le réservoir de votre aspirateur dans un sac fermé pour éviter que les puces ne s’en échappent.
  4. Traitez votre logement: un insecticide ou un fumigène peuvent être pulvérisés sur le parquet et les plinthes.

Côté remèdes naturels et recettes de grand-mère, la térébenthine fait des miracles contre les puces de parquet, tout comme la terre de diatomée, ainsi que le vinaigre blanc dilué dans un grand volume d’eau.

Évitez toutefois les huiles essentielles : leur fabrication nécessite un grand nombre de ressources et leur utilisation doit être mesurée. De plus, certaines peuvent s’avérer toxiques pour les femmes enceintes et les animaux de compagnie.

Faire intervenir un professionnel

Si malgré toutes vos précautions vous n’arrivez pas à venir à bout d’une infestation de puces, il est temps d’appeler un professionnel de la désinsectisation avant que la situation n’empire.

En premier lieu, les dératiseurs s’assurent qu’il s’agit bien d’une invasion de puces, puis décident de la méthode la plus efficace à employer :

  • La fumigation : un fumigène est répandu dans le logement. C’est la technique la plus rapide et la plus répandue, car elle permet d’atteindre tous endroits difficilement accessibles ;
  • La pulvérisation : un insecticide est pulvérisé à la main dans les endroits stratégiques susceptibles d’abriter les larves et nymphes de puces ;
  • La nébulisation : c’est une technique moins répandue, car nécessitant des produits et outils spécifiques, mais cependant redoutable contre les puces. Un produit liquide est transformé en particules fines pour éliminer le maximum de nuisible.

Il va sans dire que pendant toute la durée de l’intervention, vous et vos animaux de compagnie devez quitter le logement puis bien l’aérer à votre retour. Selon la technique utilisée, votre logement peut être inaccessible durant quelques heures à quelques jours.

Le coût d’une intervention professionnelle pour éliminer une invasion de puces dépend en grande partie de l’entreprise choisie, mais également de la surface du logement à traiter et du type de traitement. N’hésitez pas à demander plusieurs devis et surtout n’oubliez pas de consulter les avis clients de différentes sociétés avant de faire votre choix !

Si malgré toutes vos précautions vous n’arrivez pas à venir à bout d’une infestation de puces, il est temps d’appeler un professionnel de la désinsectisation avant que la situation n’empire.

En premier lieu, les dératiseurs s’assurent qu’il s’agit bien d’une invasion de puces, puis décident de la méthode la plus efficace à employer :

  • La fumigation : un fumigène est répandu dans le logement. C’est la technique la plus rapide et la plus répandue, car elle permet d’atteindre tous endroits difficilement accessibles ;
  • La pulvérisation : un insecticide est pulvérisé à la main dans les endroits stratégiques susceptibles d’abriter les larves et nymphes de puces ;
  • La nébulisation : c’est une technique moins répandue, car nécessitant des produits et outils spécifiques, mais cependant redoutable contre les puces. Un produit liquide est transformé en particules fines pour éliminer le maximum de nuisible.

Il va sans dire que pendant toute la durée de l’intervention, vous et vos animaux de compagnie devez quitter le logement puis bien l’aérer à votre retour. Selon la technique utilisée, votre logement peut être inaccessible durant quelques heures à quelques jours.

Le coût d’une intervention professionnelle pour éliminer une invasion de puces dépend en grande partie de l’entreprise choisie, mais également de la surface du logement à traiter et du type de traitement. N’hésitez pas à demander plusieurs devis et surtout n’oubliez pas de consulter les avis clients de différentes sociétés avant de faire votre choix !

À titre d’exemple, la désinsectisation par pulvérisation d’un appartement de 60 à 90 m2 est facturée en moyenne 180 € TTC, hors déplacement.

Luko vous donne un coup de main

Une infestation de puces de parquet n’est que très rarement couverte par les assurances, car ce type d’événement n’est pas considéré comme un sinistre.

Chez Luko, on sait que la situation peut rapidement devenir invivable, c’est pourquoi notre formule Esprit en paix, vous couvre et prend en charge :

  • L’intervention à domicile d’un professionnel spécialisé, à hauteur de 300 € ;
  • Votre relogement d’urgence en cas d’impossibilité de dormir sur place en raison du traitement.

Comment éviter une infestation ?

Le traitement d’une infestation peut être long et pénible, c’est la raison pour laquelle la prévention est importante. Pour éviter une infestation, le premier réflexe est bien évidemment de traiter tous vos animaux contre les puces de manière régulière. Que ce soit avec une pipette, un collier antipuce ou des cachets, ces traitements sont imparables pour stopper la prolifération des nuisibles.

Demandez toujours conseil à votre vétérinaire ou votre pharmacien pour donner un traitement adapté au poids et à l’âge de votre animal.

La deuxième façon d’éviter une invasion de puces de parquet, c’est de passer régulièrement l’aspirateur — et non le balai qui ne fait que les déplacer — pour éliminer un maximum de larves et d’œufs.

Pensez également à laver les coussins et paniers de vos animaux à 60° minimum, ainsi que vos tapis si vous le pouvez !

Tout savoir sur les puces de parquet

  • Espérance de vie : entre 6 mois et un an selon l’environnement.
  • Reproduction : jusqu’à 50 œufs par jour pour une femelle adulte, soit près de 1500 œufs en un mois !
  • Alimentation : les puces adultes se nourrissent du sang de l’animal hôte, mais les larves survivent grâce aux poils, détritus et poussières sur le sol.
  • Endroits privilégiés : les endroits sombres, humides et chauds, majoritairement près du sol ainsi que sur les animaux de compagnie comme les chats, les chiens, les furets ou les lapins.

Leur cycle de vie

Les puces de parquet ont une espérance de vie plutôt courte, puisqu’elles vivent en moyenne entre 6 mois et un an maximum. Cependant, leur cycle de vie se compose de 4 stades pendant lesquels leur prolifération peut devenir problématique :

  1. Les œufs : pondus par les puces adultes sur un animal, ils finissent par tomber au sol. L’éclosion intervient entre 2 et 10 jours après la ponte selon l’environnement.
  2. Les larves : semblables à des petits vers, elles tissent leur cocon pour se développer pendant 1 à 3 semaines, généralement dans un endroit sombre et chaud, entre les lattes de parquet ou dans un tapis par exemple.
  3. Les nymphes : ce sont tout simplement les cocons, qui attendent que leur environnement ait la température idéale pour se développer. Une fois cette température atteinte, les jeunes puces partent en quête d’un animal à parasiter pour pondre leurs propres œufs.
  4. Les puces : les adultes vivent majoritairement sur les animaux qu’ils peuvent coloniser, se nourrissent en les piquant et continuent de pondre des œufs jusqu’à leur mort.

Cet article a été confectionné avec beaucoup de soin et d’attention par nos experts afin de vous offrir un éclairage sur le monde de l’assurance. Néanmoins, celui-ci n’a pas vocation à se soustraire aux conseils de professionnels juridiques et immobiliers.