Mérule : quelle indemnisation par l'assurance habitation ?

L’assurance habitation couvre-t-elle les dommages causés par la mérule ?

Obtenir mon prix

Particulièrement destructrice, la mérule est un champignon qui ronge tout sur son passage et peut provoquer l’effondrement d’une maison. Que faire si votre logement est touché par la mérule, et pouvez-vous être indemnisé par votre assurance habitation ? On vous dit tout !

La mérule, qu’est-ce que c’est ?

La mérule pleureuse, ou serpula lacrymans de son nom scientifique, est tout simplement une espèce de champignon qui se nourrit principalement de bois. Elle est majoritairement présente en Bretagne, où elle fait d’ailleurs l’objet d’un arrêté préfectoral, ainsi que dans les Hauts-de-France, en Normandie et en région parisienne.

La mérule est une moisissure redoutable, car elle est capable de vivre des années en mode sommeil si les conditions idéales de son développement ne sont pas réunies.

La mérule apprécie tout particulièrement les endroits sombres, humides et ventilés, et peut survivre à des températures comprises entre 3 °C et 26 °C. Une cave constitue donc un environnement particulièrement propice à son développement !

Une maison touchée par la mérule n’est plus habitable en l’état, car cette moisissure ronge tout et menace la structure du bâtiment : elle est d’ailleurs surnommée « le cancer du bâtiment » ou « la lèpre des maisons ». Bois, briques, métaux, plâtre, pierre, mortier, rien ou presque ne lui résiste !

En plus de ronger le bois jusqu’à le réduire en poussière et provoquer un effondrement, la mérule peut aussi toucher les installations électriques de votre logement ou sa maçonnerie.

La mérule est également dangereuse pour notre santé. Des études scientifiques ont démontré que les personnes évoluant dans un environnement parasité par la mérule étaient plus souvent touchées par des troubles respiratoires sévères : bronchites régulières, asthme, sinusites, allergies, otites, etc.

La mérule est fortement toxique : en cas d’ingestion, vous risquez d’être gravement empoisonné !

Comment détecter sa présence ?

Il est très difficile de détecter sa présence avant une invasion avancée, car la mérule se développe généralement dans des endroits difficilement accessibles, voire invisibles : sous les plaques de plâtre, dans l’isolation ou entre le lambris par exemple.

Cependant, certains signes peuvent trahir la présence de mérule de dans votre logement :

  • Un plancher déformé ou gondolé ;
  • Des murs qui s’effritent ou boursouflent, et prennent une couleur brune ;
  • Une poudre orange ou de la mousse blanche se déposent sur les boiseries ;
  • Des filaments blancs sont présents sur les murs, ressemblants à des toiles d’araignée ;
  • Une forte odeur de champignon règne dans la pièce.

Au moindre doute, contactez un professionnel pour faire établir un diagnostic, car la mérule se répand très rapidement et peut contaminer les logements voisins en quelques semaines !

Quelle indemnisation par l’assurance habitation ?

La mérule peut gravement endommager vos biens et votre logement, et sa présence n’est objectivement pas de votre fait. Cependant, les dommages occasionnés par la mérule ne sont pas considérés au même titre que les sinistres classiques, et la prise en charge par l’assurance habitation est très compliquée.

Une indemnisation impossible

Malheureusement, aucune compagnie d’assurance ne prend en charge le traitement de la mérule, ou les dommages qu’elle pourrait causer à votre habitation. La prolifération d’un tel champignon est souvent considérée comme étant due à un défaut d’entretien du logement, ce qui constitue le plus souvent une exclusion de garantie.

La mérule apparait généralement lorsque le logement est trop humide et mal aéré : les assureurs considèrent que c’est à vous d’entretenir votre maison pour éviter de tels désagréments, et ne vous couvrent donc pas si vous ne prenez pas vos responsabilités.

Dans le cas d’une contamination de votre logement par un logement voisin, il est cependant possible de demander une prise en charge des dommages à l’assureur de votre voisin au titre de sa responsabilité civile.

Le cas particulier du dégât des eaux

L’apparition de mérule peut également être constatée après un dégât des eaux qui aurait été mal réparé, ou pris en charge trop tard, même si le logement est sain de base, bien ventilé et sans traces d’humidité ailleurs.

Si vous constatez la présence de champignons dans votre logement après un dégât des eaux, vous pouvez faire appel à votre assurance habitation pour demander une prise en charge dans les 48 h suivant le sinistre.

Selon les conditions de votre contrat et de votre garantie dégât des eaux, votre assurance pourra couvrir les frais de réparation et de remise aux normes des éléments endommagés, ainsi que les honoraires d’un expert en charge de réaliser un diagnostic mérule.

En revanche, le traitement même de la mérule ne sera pas couvert : vous devrez donc demander un devis à un professionnel et prendre en charge vous-même les frais d’assainissement de votre logement.

En cas de sinistre, rapprochez-vous de votre compagnie d'assurance pour vérifier l'étendue de vos garanties.

Comment s’en débarrasser ?

La mérule peut causer de graves dommages à une habitation, allant parfois jusqu’à l’effondrement de cette dernière. Il est donc indispensable de traiter votre logement dès les premiers signes d’apparition pour éviter la contamination de plusieurs pièces ou des logements voisins.

Se débarrasser des mérules soi-même

Contrairement à ce que vous pourriez lire sur Internet, il n’est pas possible de se débarrasser de la mérule soi-même, car elle est hautement toxique et nécessite l’intervention d’un professionnel.

Vouloir désinfecter votre logement en nettoyant vos murs avec de l’eau de Javel est par exemple une très mauvaise idée, puisque la Javel booste en réalité la croissance de la mérule !

N’essayez pas non plus de supprimer les plaques de mérule en grattant les champignons avec une spatule ! En plus de libérer des substances toxiques dans l’air qui risquent de vous intoxiquer, les spores volatiles peuvent se déposer sur d’autres surfaces et accélérer la contamination de votre logement.

Faire intervenir un professionnel

Au moindre doute quant à la présence de mérule dans votre maison ou votre appartement, contactez un professionnel. Ce dernier établira tout d’abord un diagnostic, pour déterminer si oui ou non votre logement est contaminé, et dans quelles pièces le cas échéant.

Si votre logement est bien infecté, il est obligatoire de prévenir la mairie de votre commune, ainsi que vos voisins si vos logements sont mitoyens.

Pour débarrasser un logement de la mérule, le professionnel suit plusieurs étapes :

  1. L’aération et la déshumidification du logement, par des travaux d’assainissement et d’assèchement ;
  2. La suppression des éléments contaminés, et le remplacement des matériaux endommagés ;
  3. La destruction des champignons, grâce à un passage au chalumeau puis un traitement fongicide (pulvérisation d’un produit chimique).

Bon à savoir : il est possible de ne pas avoir recours à des produits chimiques en augmentant la température du logement pendant une longue durée. La mérule ne survit pas si elle est exposée longtemps à une température supérieure à 30 °C voir 40 °C, mais il faudra tout de même assainir le logement et réparer les dommages.

Le traitement de la mérule prend du temps, et il n’est pas possible de continuer à habiter le logement pendant les travaux : vous serez donc obligé de déménager ou de trouver une habitation temporaire.

Combien ça coûte ?

Le traitement contre la mérule est extrêmement coûteux, et dépend en grande partie de la surface à traiter :

  • Entre 3500 € et 7500 € pour traiter un élément isolé, comme une poutre ;
  • Entre 5000 € et 12 000 € pour traiter toute une pièce ;
  • Jusqu’à 70 000 € si votre charpente entière est infectée.

À ce prix, n’oubliez pas d’ajouter le coût du diagnostic (entre 200 € et 400 € selon les entreprises), ainsi que celui du traitement préventif si nécessaire.

Cet article a été confectionné avec beaucoup de soin et d’attention par nos experts afin de vous offrir un éclairage sur le monde de l’assurance. Néanmoins, celui-ci n’a pas vocation à se soustraire aux conseils de professionnels juridiques et immobiliers.